Affichage des articles dont le libellé est Poeme. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Poeme. Afficher tous les articles

lundi 13 juillet 2015

Vacances

Je prends quelques jours de vacances avant de me lancer dans un nouveau tableau, une nouvelle aventure qui va me changer et qui va, un peu, changer le monde. Car j'y crois qu'on peut changer le monde en travaillant dans son coin, (en disant bonjour, en étant courtois et poli, en étant gentil.) Il faut juste y croire et y travailler tous les jours, (même quand on ne fait rien.) Dans ma tête passent des choses belles et cruelles.

Là j'écoute Agnès Obel et sa musique et sa voix me mettent dans un état second. Je suis jaloux des arts vivants. Mon art est vivant quand je peins, c'est pour ça que j'aime en garder la trace par des photos et des vidéos. Mais il manque la musique et la voix pour toucher le cœur et le corps. Je voudrais faire rire et pleurer avec ma peinture, émouvoir au moins. Montrer la beauté sans parler. Laisser le modèle parler sa beauté. Merci. Récemment, j'ai vécu un truc incroyable avec des modèles. (projet secret) Merci.

J'ai souvent dit que j'essayais de peindre comme si c'était mon dernier tableau, mais le temps passant, ce tableau ultime approche réellement et j'ai peur. Le travail a toujours chassé mon angoisse. Là j'ai des plaques rouges sur le corps, parce-que je dois faire face à mon destin mais que le départ n'est pas encore donné. Je n'ai rien bu. J'aime ma famille. C'est pas toujours facile mais c'est nous. Faites des enfants, c'est bien. Faites des trucs et faites le bien, faites du bien.

Hub

Un peu de fraicheur dans cette fournaise!

mercredi 1 avril 2009

Insomnie

J'ai vu se lever le jour
Un jour en moins à ma vie
Plus le temps de dormir
Et si peu avant de mourir

mardi 24 février 2009

dimanche 23 novembre 2008

samedi 1 novembre 2008

Poème à E.

J'aime tes bras j'aime ta graisse
J'aime ton gras j'aime tes fesses

mercredi 9 juillet 2008

Ma muse m'use

Oh! qu'ma muse m'use
Ça t'amuse?
Tête en l'air, j'erre
J'exagère?
Pas encore mort
Des remorts?
Continue nue
J'ai rien vu!
Oh! qu'ta vie vit
J'ai envie!

mercredi 11 juin 2008

Ses seins.

Ses beaux orbes sont globuleux
Là dans ma bulle j'affabule
Goulûment gober ses globules
Inaccessibles et fabuleux

mercredi 14 mai 2008

samedi 12 avril 2008

Message personnel (mais n'empêche, j'aime pas les sourcils épilés)

Qu'as-tu donc fait à tes sourcils?
Des deux plus beaux arcs d'amour tu as fait de cruelles faux
Je trouve cette mode imbécile
Laisse-les repousser il le faut

Ils étaient lumineux haussés
Terribles quand ils étaient froncés
Donnaient au monde sa beauté
Deviennent communs mutilés

Tes vibrisses de chat tu as coupé
Laisse-les repousser s'il te plaît

jeudi 6 mars 2008

Maroussia

Que n'es-tu rousse russe Maria
J'eusse rêvé te susurrer cela:

Ta bouche me ravit
Ma rousse en sourit
Tes pouces m'ont surpris
Ma rousse en a ri

Mes sens t'aiment
Les nuits de lune rousse
Je pense même
à la tienne si douce

Que n'es-tu rousse russe Maria
J'eusse rêvé de toi Maroussia.

samedi 15 décembre 2007

Un déjeuner entre amis

La dernière fois j'ai pu respirer,
J'ai pu penser et même parler.
Récemment nous avons déjeuné.
J'ai vu son sourire,
Entendu son rire,
Avons conversé.
Après, j'ai marché.
Prolonger cette belle journée,
Essayer de garder sa pensée,
Ou plutôt l'oublier, travailler...

jeudi 20 septembre 2007

Pourriture!

Tu me mets à la torture...
Pourriture!
Tu m'ignores et me censure...
Par froidure!
Mon cœur est plein de coutures...
Qui suppurent!
Tu étais ma nourriture...
Vomissure!
Bien sûr que tu n'en as cure...
Mon Cyanure!
Je songe à ta chevelure...
Ta cambrure...
Me réfugie dans la peinture...
L'écriture!
À moins que je me parjure...
Dictature!
Malgré le silence ou l'injure...
Créature!
Je t'aurai bien à l'usure...
Salissure!
Et j'espère dans le futur...
Ma Blessure!
Dans un cri ou un murmure...
Ma Brûlure!
Bien avant la sépulture...
Mon Ordure!
Retrouver toute ma stature...
Imposture!

lundi 3 septembre 2007

Ce soir...

Ce soir Elle est venue
ça faisait trente et un
Ce soir je la veux nue
Demain je compt'rai un

mercredi 2 mai 2007

Lorsque tu es là...

Lorsque tu es là je n'ose te regarder
De peur de soudain perdre pied
pourtant ton souvenir m'accompagnera
Jusqu'à notre prochaine fois
Laisse-moi juste une fois te regarder mieux
Même si ce jour je dois tomber
Je tomberais, oui, mais heureux

samedi 21 avril 2007

Poème à Constance

Les mains de Constance sont les ailes d'un Ange
Le pâle ballet de leurs doigts est étrange
Alors que leurs souples manières s'expriment
Leurs arabesques sur mon esprit s'impriment
Et puisqu'il faut que pour les convenances
Je doive éviter de songer à Constance
J'aurais au moins le droit de garder en pensée
Le charme et la beauté de ses doigts enchantés

mercredi 11 avril 2007

Poème à O.

Quatre semaines sans te voir
c'est un mois passé dans le noir
tous les jours je désespère
me retrouver dans ta lumière

mardi 3 avril 2007

Sunaru

Sens-tu comme un souffle sur ton visage?
Car je me suis enfin mis à l'ouvrage
Je frôle tes lèvres de mon pinceau d'air
J'ai découvert la couleur de ta chair
Bientôt j'espère, je verrai dans tes yeux
La récompense que j'appelle de mes vœux
Un regard, un sourire ou même un rire
Car c'est mon salaire, ma joie mon plaisir
Ma façon à moi de toutes vous aimer
Que d'immortaliser votre beauté

jeudi 29 mars 2007

Aurélia

Mes amis prenez garde à Lady Fae
qu'un jour elle ne vous dévoile ses charmes
De son image vos nuits seront hantées
Et vous aurez perdu tout votre calme

Frères humains prenez garde à Aurélia
Qu'elle ne vous chantonne'son chant à l'oreille
Bientôt vous croirez entendre ses pas
Lorsque vous aurez perdu le sommeil

Nous sommes maudits ou bien ensorcelés
mais n'est-ce pas douleur délicieuse
Que de subir un tourment désiré
et de chérir pensée aussi précieuse.

Hubert

mercredi 21 mars 2007

Pensée

J'ai dans la tête qui galope
Un chat, ou un cheval sauvage

Son souffle chaud m'enveloppe
M'emmène vers de nouveaux rivages

Dans les ténèbres il m'escorte
Ou me piétine de toute sa rage

Vers la lumière il m'emporte
Ou bien m'enferme dans sa cage

Fasciné
Je disparais dans le néant
Prisonnier
De ses prunelles d'un noir béant

J'ai dans la tête un chat sauvage
Qui me triture en ronronnant

Hubert